Historique

Fondé au soir du 18 mai 1918 par feu MM. Joseph Vonlanthen, président, Paul Gobet, caissier, Otto Fasel, vice-président, Georges Renevey, secrétaire, et Léon Rossier, adjoint. C’est au regretté Paul Gobet que le FC Richemond doit son nom.

Richemond est un club de football. Un club de quartier aux racines solides qui s’est constamment soucié de la formation, accordant ainsi aux enfants et adolescents une place privilégiée.
Le 2 mai 1948, la commune de Fribourg a décidé de faire aménager deux terrains de jeu au Guintzet, dont l’un est attribué au FC Richemond. Aujourd’hui nous évoluons toujours au Guintzet dans un complexe idéal pour la pratique du football mis gratuitement à disposition par la ville de Fribourg.
Aujourd’hui le FC Richemond évolue toujours sur la colline du Guintzet et peut se vanter de compter 250 juniors dans son effectif.

Les années du début engendrèrent des difficultés nombreuses qui se nomment :

  • Terrain de jeu : Nous avons, en effet, émigré des Grand-Places aux Charmettes, par une sous-location du Parc des Sports avec le FC Fribourg, par le même acte pour le stade de la Motta avec le FC Central, retour aux Charmettes et enfin le Guintzet.
  • Joueurs : avec la concurrence des clubs de la ville, il faut une belle dose d’amitié et de persévérance pour qu’un nouveau club puisse subsister.
  • Argent : ce nerf impitoyable depuis toujours, manque également. Il faut des trésors d’imagination et de bonne volonté pour alimenter la caisse. Et déjà, les soirées, les lotos, les kermesses et cours de danse (mais oui!) sont motifs pour tenter d’accumuler les francs nécessaires, non pas à la capitalisation, mais pour couvrir les frais présents.

Richemond joue avec les équipes de la ville de Berne jusqu’en 1933, et le 9 juin 1935 constitue premier jour de gloire à inscrire aux annales : Richemond est promu en 2è ligue.

En 1937, le club engage un entraineur à plein temps. M. Walter Heussier qui accepte bénévolement (eh oui!) ce poste.

1938. Année du 20ème anniversaire qui fut fêté dignement dans l’allégresse générale le 29 mai, sous la présidence de Paul Gobet. Bénédiction du premier fanion (actuellement toujours l’unique) dont le dessin est dû aux talents de deux membres du comité, Raymond Théraulaz et Huber Wicht. Cette année-là, le Richemond compte environ 300 membres, soit 60 actifs, 30 juniors, 160 passifs, 50 membres vétérans et honoraires.

1942-43 voit une équipe vieillie du Richemond prendre part au championnat dans le groupe du Jura. Malgré les efforts consentis, le 9 mai 1943, en perdant 1 à 0 contre Central, Richemond est relégué en 3è ligue. Une période de flottement, de lâchage et de doute s’installe.

2 mai 1948. L’inauguration de deux terrains de jeu au Guintzet aménagés par la commune de Fribourg se fait dans l’enthousiasme que l’on devine. L’un est attribué au Richemond, l’autre au Beauregard. Le temps de l’émigration est terminé. Ouf !

1955-56. Notre équipe de 4è ligue sort championne cantonale et accède à la 3è ligue. En septembre 1955, eût lieu la remise des vestiaires aux deux clubs du quartier.

1956-57. Richemond I A, le 26 mai, remporte la finale de la Coupe fribourgeoise en disposant du FC Guin par 2 à 1.

1957-1958. Les 7 et 8 juin se déroule le 40è anniversaire.

1960-61. Richemond I champion de groupe. Echec par contre pour l’ascension en 2è ligue.

1961-62. La consécration sous la houlette de Roger Demierre, c’est l’ascension en 2è ligue avec le titre de champion cantonal, ceci après 19 ans d’absence.

1967-68. 50è anniversaire du club. Celui-ci fut fêté dans une ambiance extraordinaire.

Le club sera présidé dès la saison 68-69 par Jean-Paul Piller mais la mort a malheureusement endeuillé notre club avec la disparition de M. Branko Sekulic, fondateur du Memorial Sekulic, notre entraîneur depuis quelques mois.

15 mai 1969, jour de l’Ascension. Grandiose manifestation : inauguration au Guintzet du nouveau stade communal. Bénédiction, matches représentatifs, réception, discours, ambiance joyeuse et détendue pour cet événement où la commune de Fribourg a droit à toute notre vive reconnaissance.

1972. Avec beaucoup de tristesse et d’amertume Richemond I réintègre la 3è ligue. Mais promesse faites que le « purgatoire » sera de très courte durée. Sous l’impulsion de Jean Ayer, il est créé l’école de football du Richemond. Elle se déroule chaque jeudi matin.

1973. Richemond I est champion de groupe lors de la dernière journée du championnat. Jean-Pierre Dessarzin prend la direction de la société.

Dans les années 1979-80, deux nouveaux terrains de jeu sont mis à disposition par la ville de Fribourg.

1985-86. Le comité annonce l’arrivée de Philippe Verdon à la tête de l’équipe fanion. Celui-ci présente un plan ambitieux visant l’ascension en 2è ligue dans les deux ans, plan cautionné par la direction du club. Et ce projet va réussir !

En effet, après une première saison dite de préparation, l’équipe devient championne de son groupe, au terme du championnat 86-87 et est promu à nouveau, après quinze ans de « purgatoire ».

1990-91. Cette année est celle de l’inauguration de la buvette construite en collaboration avec le FC Beauregard. Mais cette saison sera aussi, celle du retour en 3è ligue. Le comité entend bien remonter le plus vite possible. Confié à Giordano Vecchi, l’équipe échoue de peu puis les saisons suivantes sont plus moroses, jusqu’au championnat 1994-1995 avec une nouvelle participation aux finales pour l’ascension mais sans succès.

1994 est également l’année d’un tournoi Sekulic organisé avec succès à tout point de vue.

En 1999, Jean-Pierre Dessarzin cède la présidence à Jean-Marc Rotzetter.

Lors des années 1998-1999 et 1999-2000, la première équipe se qualifie deux fois consécutivement pour les finales de promotion sans parvenir à accéder à la catégorie reine.

La saison 2000-2001 voit Alexandre Bourquenoud reprendre les rênes de la première équipe avec à la clé un titre de champion de 3ème ligue ainsi qu’une ascension dans la catégorie reine.

Au cours de la saison suivante la première équipe se maintient de justesse dans sa nouvelle catégorie de jeu et sera finalement reléguée au cours de la saison 2002-2003.

La saison 2003-2004 est la saison du renouveau avec l’intégration de nombreux juniors issus du cru et une remontée en deuxième ligue. Depuis cette saison la première équipe milite dans cette catégorie de jeu avec plus ou moins de succès, jouant tantôt les premiers rôles, tantôt le milieu de classement.

En 2011, Patrick Zingg reprend la présidence du FC Richemond et la consécration arrivera lors de cette même saison avec la victoire en Coupe Fribourgeoise contre le FC Léchelles aux tirs au but. Cette victoire signifie une qualification immédiate pour le premier tour de la Coupe de Suisse.

Au mois d’août 2012, le tirage au sort de la Coupe de Suisse nous réserva une magnifique surprise avec la venue du FC Sion de Christian Constantin entraîné par Michel Decastel. Au terme d’un match plein le FC Richemond s’incline avec les honneurs 1-0 sur un but de Geoffrey Serey Dié.

Malgré de belles prestations et des résultats encourageants au cours de ces dernières saisons, le FC Richemond est victime de sa formation et se voit dépouiller chaque année de ses meilleurs éléments. C’est pourquoi il est difficile de pouvoir prétendre à une place à un échelon supérieur. La constitution d’une seconde équipe dans ces conditions n’est malheureusement pas concevable et la stabilisation de l’effectif premier constitue la priorité.

Le FC Richemond, ce n’est évidemment pas que la première équipe mais également tout un mouvement junior de grande qualité. Depuis plusieurs années, les catégories A, B et C évoluent dans les catégories interrégionales. Lors des saisons 2013-2014 ainsi que 2014-2015, nous avons obtenu consécutivement deux titres de Champion Suisse Inter C et de multiples récompenses dans les catégories régionales.

La place manque dans ce résumé pour évoquer les innombrables succès remportés par nos jeunes, en championnat, en coupe, dans les tournois Sekulic ou les championnats scolaires. Une chose est sûre : comme le titrait le quotidien « La Suisse », en 1974, « Le FC Richemond parie sur la jeunesse ».

Pionnier de notre école de football, Jean Ayer déclarait par ailleurs au journaliste, avec raison : « la promotion des juniors demeure la seule solution pour assurer la continuité d’une équipe ».

CONCLUSION. La lecture de ce bref historique le démontre : notre club évoque un passé riche en souvenirs. Au fil des années, ses animateurs ont toujours su surmonter les infortunes avec un optimisme qui leur est propre. Le FC Richemond a été et demeure une personnalité du football fribourgeois. Avec un passé si élogieux et prestigieux, avec un présent plein de promesses et d’enthousiasme, le futur sera une moisson de succès. Il faut pour cela qu’anciens et jeunes, fidèles aux couleurs rouge et verte, continuent de construire ensemble et d’embellir la route inaugurée en 1918.

VIVE LE FC RICHEMOND !